RETOUR


L'institut culinaire imaginé par Joël Robuchon en stand-by

par webmaster le 11-10-2018

L'institut culinaire imaginé par Joël Robuchon en stand-by


jeudi 11 octobre 2018 09:47 - L'Hôtellerie - restauration


Montmorillon (86) La disparition du chef remet en question la création d'un centre de formation culinaire à vocation internationale à Montmorillon, dans la Vienne. Pour autant, le projet n'est pas abandonné et bénéficie du soutien de Jean-Pierre Raffarin.

© Mairie de Montmorillon
Joël Robuchon et Jean-Pierre Raffarin.
L'Institut international culinaire de Montmorillon (6 000 habitants) imaginé par Joël Robuchon va-t-il voir le jour ? La disparition, le 6 août dernier, du chef multi-étoilé remet en question un projet présenté comme un réel espoir économique pour cette cité de la Vienne, connue pour sa cité de l'écrit et des métiers du livre mais isolée au milieu d'une campagne poitevine aux débouchés limités.

En novembre 2015, lors d'une émission de télé, Joël Robuchon  présente son projet de création d'un centre de formation à vocation mondiale, soutenu par l'École hôtelière de Lausanne (Suisse). L'idée est aussitôt approuvée par les politiques locaux, avec à leur tête Jean-Pierre Raffarin. Implanté dans les bâtiments historiques désaffectés de l'ancien hôpital, l'Institut pourra recevoir des élèves venus de toute la planète. Avec 200 emplois espérés et quelques 70 M€ d'investissement, cette école hors norme est considérée comme une chance inattendue de développement pour la petite ville.


'Rien n'est perdu'

Si le décès du chef a porté un coup d'arrêt au dossier, le projet n'est peut être pas abandonné pour autant. 'L'ancien Premier ministre nous a rassuré récemment, précise le maire de Montmorillon, Ernest Colin. Il a pris en charge toute la partie relationnelle et recherche des investisseurs. Il est conscient de l'importance locale du projet en termes d'emplois, de rentrées financières, d'image pour notre cité, mais aussi de ce que cela pourra apporter au département de la Vienne et à l'ensemble du Poitou.'

La réalisation reposera sur les partenariats. Si ces derniers se sont multipliés depuis trois ans, tout serait aujourd'hui à reconstruire. Si l'établissement de Lausanne ne semble plus donner suite, d'autres candidats, chinois puis américains, se sont manifestés. 'Rien n'est perdu, d'autres nouveaux financiers seraient sur les rangs', a confié Jean-Pierre Raffarin, très optimiste sur la question, au premier magistrat communal fin septembre.

#JoelRobuchon #Montmorillon


Jean-Pierre Gourvest